Vous êtes ici

Site Oiseaux

La ZPS des Gorges de la Dordogne s'étend sur 46 037 ha.

Gorges de la Dordogne - AS.DePieri

Ces gorges sont sans aucun doute un des espaces naturels les plus remarquables des régions Auvergne et Limousin. La diversité ornithologique du site est parfois spectaculaire, lorsque les rapaces profitent des courants d'air chaud pour s'élever dans l'azur. Parfois, aussi, elle est discrète, bien cachée dans les vastes forêts de pente, domaine des pics et autres passereaux. Il faut souvent de la patience et de l'attention pour découvrir la faune exceptionnelle de ces gorges.

La richesse des gorges de la Dordogne réside dans ses populations de rapaces nicheurs, en particulier des espèces migratrices, dont certaines sont aujourd'hui devenues rares à l'échelle de l'Europe. Parmi celles-ci, Aigle botté, Milan royal et Circaète Jean-le-Blanc sont sans doute les plus représentatives.

  Aigle Botté - R.Riols Milian royal - F.Journeaux Circaète Jean-le-Blanc - R.Riols

 

Aigle botté

LPO Auvergne : Riols R.

 Milan royal

F.Journeaux

 Circaète Jean-le-Blanc

LPO Auvergne : Riols R

 La richesse biologique de ces gorges réside également dans l'immense corridor boisé que constituent ses forêts de pente, attenantes au cours d'eau. Sur plus de 150 km de long, ces forêts constituent un massif de 70 000 ha d'un seul tenant, dont un tiers environ est inclus dans la zone Natura 2000. Cela en fait un site unique à l'échelle de la France, dont la richesse biologique ne se limite pas aux seuls oiseaux.

 

  Périmétre du site des Gorges de la Dordogne    

Cette zone remarquable est aussi le lieu d'activités socio-économiques variées. L'agriculture, de type polyculture-élevage (bovin dominant) se développe sur les plateaux bordant les gorges. La chasse et la pêche y trouvent une place privilégiée, notamment sur les lacs formés par les barrages pour la seconde. La sylviculture est aussi présente, même si la forte déclivité des gorges limite pour l'instant l'exploitation des forêts de pente. Située aux confins des régions Auvergne et Limousin, la zone reste peu peuplée et très faiblement industrialisée. Les installations les plus importantes sont les barrages hydroélectriques (au nombre de 9). Au cours des siècles passés, les gorges de la Dordogne furent cependant le théâtre d'activités humaines intenses : élevage ovin, exploitation des châtaigneraies, production de bois, de charbon (charbonnage), transports de marchandises sur la rivière...